Lectio Divina, une pratique spirituelle chrétienne ancienne

La Lectio Divina est une pratique spirituelle chrétienne ancienne qui consiste à lire et à méditer lentement les Écritures sacrées dans le but d’approfondir sa relation avec Dieu et de se laisser transformer par Sa Parole. L’expression latine « Lectio Divina » signifie littéralement « lecture divine » ou « lecture sacrée ».

Cette pratique trouve ses racines dans le monachisme primitif, en particulier chez les Pères du désert qui se retiraient dans la solitude pour prier et méditer la Bible. Elle a été codifiée au 12ème siècle par le moine carthusien Guigues II le Chartreux dans son ouvrage « L’Échelle des moines » où il décrit les quatre étapes de la Lectio Divina : la lecture (lectio), la méditation (meditatio), la prière (oratio) et la contemplation (contemplatio).

La première étape, la lectio, consiste à lire lentement et attentivement un passage des Écritures, en prêtant attention à chaque mot et en les laissant résonner dans son cœur. Il ne s’agit pas d’une lecture intellectuelle ou analytique, mais d’une écoute humble et réceptive de la Parole de Dieu. On peut lire le texte à haute voix, le mémoriser ou simplement le laisser imprégner son être en silence.

La deuxième étape, la meditatio, est une rumination intérieure du passage lu, où l’on réfléchit sur sa signification profonde et ses implications dans notre vie. On peut se poser des questions telles que : Que me dit ce texte sur Dieu, sur moi-même, sur le monde ? Qu’est-ce qui me touche, m’interpelle, me dérange ? Qu’est-ce que l’Esprit veut me révéler à travers ces mots ? La méditation permet ainsi de s’approprier la Parole, de la « mâcher » et de la « digérer » pour qu’elle nourrisse notre âme.

La troisième étape, l’oratio, est une réponse personnelle et spontanée au message reçu sous forme de prière. C’est un dialogue intime avec Dieu où l’on exprime ses sentiments, ses désirs, ses questions suscités par la méditation. On peut louer, remercier, demander pardon, implorer ou simplement se tenir en silence devant la Présence divine. La prière jaillit naturellement du cœur touché par la Parole et permet d’approfondir notre relation d’amour avec le Seigneur.

La quatrième et dernière étape, la contemplatio, est un repos silencieux et paisible en Dieu au-delà des mots et des pensées. C’est un état de réceptivité pure où l’on se laisse envahir et transformer par la lumière divine. On ne cherche plus à comprendre ou à agir, mais simplement à « être » en présence du Bien-Aimé. C’est une grâce qui ne peut être forcée mais seulement accueillie dans un abandon confiant à l’action de l’Esprit Saint.

Ces quatre étapes ne sont pas nécessairement séquentielles mais peuvent s’interpénétrer et se nourrir mutuellement dans un mouvement circulaire et organique. L’essentiel est de se laisser guider par l’Esprit et d’écouter les mouvements profonds de son cœur. Comme le dit saint Benoît dans sa Règle monastique : « Écoute, mon fils, les préceptes du Maître, et prête l’oreille de ton cœur. »

La Lectio Divina n’est donc pas une technique de lecture mais une manière d’être en relation avec le Dieu vivant qui nous parle à travers les Écritures. C’est une école de prière qui nous apprend à écouter la voix de l’Esprit, à discerner Ses appels et à y répondre avec amour et générosité. En méditant régulièrement la Parole, nous permettons au Christ de prendre chair en nous et de nous configurer lentement à Son image.

Comme l’explique le moine bénédictin Jean Leclercq : « Par la Lectio Divina, l’âme cherche la Vérité, dialogue avec elle, l’accueille, se nourrit d’elle, et par là, lentement ‘prend la ressemblance divine’. L’âme s’expose aux rayons du soleil divin jusqu’à ce que, petit à petit, elle en arrive à reproduire en elle-même l’éclat, jusqu’à ce que la lumière de la Vérité ait pénétré l’intime de son être. »

Ainsi, la Lectio Divina nous invite à entrer dans le grand dialogue d’amour entre Dieu et l’humanité dont témoigne la Bible. En lisant les Écritures avec le cœur, nous découvrons que cette histoire sainte est aussi notre histoire, que la Parole nous concerne personnellement et intimement. Nous réalisons que Dieu nous parle aujourd’hui à travers ces textes millénaires pour nous révéler Son amour, nous guérir, nous libérer et faire de nous Ses fils et Ses filles.

Cette rencontre vivante avec le Christ dans Sa Parole a le pouvoir de transformer graduellement notre regard, nos pensées, nos désirs et nos actions pour les accorder à la volonté divine. En nous imprégnant de l’esprit des Béatitudes, en contemplant le visage du Seigneur, nous devenons peu à peu des reflets de Sa lumière et de Sa charité dans le monde. Nous portons du fruit qui demeure pour la gloire de Dieu et le salut de nos frères.

La Lectio Divina n’est donc pas réservée aux moines et aux religieux mais est un chemin de sainteté ouvert à tous les baptisés, quels que soient leur état de vie ou leur niveau de culture. Chacun à sa mesure peut se nourrir quotidiennement de ce pain de vie qu’est la Parole et se laisser façonner par elle. Il suffit d’un cœur humble, pauvre et affamé de Dieu, prêt à L’écouter et à Lui répondre avec foi et amour.

Comme nous y exhorte saint Jérôme : « Ignorez-vous que votre âme est le temple de l’Esprit Saint ? Alors, entrez dans ce temple, adorez-y Celui que vous servez, embrassez-Le, pressez-Le dans vos bras, et quand vous serez ainsi pleins de Dieu, que votre cœur s’écrie : ‘Mon bien-aimé est à moi et je suis à lui !’ Alors, votre âme unie au Verbe de Dieu dira : ‘Entraîne-moi après toi !’

Puissions-nous tous nous abreuver assidûment à la source des Saintes Écritures par la Lectio Divina et permettre à la Parole vivante de nous habiter, de nous sanctifier et de nous envoyer porter la Bonne Nouvelle à toute la création. Puisse la semence divine portée dans le silence de nos cœurs germer, fleurir et fructifier en une moisson abondante d’amour, de paix et de joie dans l’Esprit Saint.

« Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur, mais écoutez la voix du Seigneur ! » (Ps 94). Amen !

A lire également