Le concept de karma

Le concept de karma est un principe fondamental des religions et philosophies indiennes, notamment de l’hindouisme, du bouddhisme et du jaïnisme. Le mot sanskrit « karma » signifie littéralement « action », mais il désigne plus précisément le principe de causalité morale selon lequel chaque action, chaque pensée, chaque parole produit des effets qui déterminent notre destin présent et futur, dans cette vie et dans les suivantes.

Selon la loi du karma, chaque être récolte les fruits de ses propres actes, bons ou mauvais. Les actions vertueuses (comme la générosité, la compassion, la véracité) produisent des résultats bénéfiques tandis que les actions nuisibles (comme la violence, le vol, la tromperie) entraînent des conséquences douloureuses. Ainsi, notre condition actuelle est le résultat de nos choix passés et nos choix présents façonneront notre avenir. Comme le dit la Brihadaranyaka Upanishad : « On devient bon en accomplissant de bonnes actions, mauvais en accomplissant de mauvaises actions. »

Cependant, le karma n’est pas une simple rétribution mécanique, mais un processus complexe et subtil qui s’inscrit dans le cadre plus large de la transmigration des âmes (samsara) et de la libération spirituelle (moksha). Selon les Védas, l’âme individuelle (jiva) est éternelle mais, ignorant sa véritable nature divine, elle s’incarne dans différents corps au fil des renaissances, entraînée par le poids de ses désirs et de ses attachements. Le cycle des morts et des renaissances se poursuit ainsi indéfiniment, chaque existence étant déterminée par le karma accumulé dans les vies antérieures.

La plupart des écoles hindoues distinguent trois types de karma : Sanchita (le karma accumulé), Prarabdha (le karma qui porte fruit dans la vie présente) et Kriyamana (le karma en cours de création). Seule une partie du Sanchita s’active à chaque incarnation sous forme de Prarabdha, tandis que le reste demeure latent. Le Kriyamana est le karma que nous créons à chaque instant par nos actions présentes et qui viendra porter ses fruits dans le futur, dans cette vie ou dans les suivantes.

Le but ultime de l’existence humaine est de se libérer de l’emprise du karma et du cycle des renaissances pour réaliser sa véritable identité divine (Atman) et s’unir au Soi suprême (Brahman). Pour cela, il faut transcender l’ego et l’ignorance spirituelle (avidya) qui nous font nous identifier à tort au corps-mental transitoire et agir par désir et par peur. Il faut cultiver le discernement (viveka), le détachement (vairagya) et la dévotion (bhakti) afin de se purifier intérieurement et de dissoudre peu à peu les traces karmiques qui nous enchaînent à la roue du samsara.

Différentes voies (margas) sont proposées par l’hindouisme pour se libérer du karma, notamment le karma yoga (la voie de l’action désintéressée), le bhakti yoga (la voie de la dévotion), le jnana yoga (la voie de la connaissance) et le raja yoga (la voie de la méditation). Toutes visent à aligner progressivement notre volonté individuelle sur la Volonté divine et à agir de plus en plus en harmonie avec le Dharma (l’Ordre cosmique).

Le karma yoga, enseigné notamment dans la Bhagavad Gita, consiste à accomplir son devoir avec détachement, en offrant le fruit de ses actes à Dieu, sans désir égoïste ni aversion. En agissant ainsi avec équanimité et dévotion, on purifie peu à peu son mental et son cœur des impuretés karmiques. Comme le dit Krishna à Arjuna : « Ton droit est dans l’action seule, jamais dans ses fruits. Que le fruit de l’action ne soit pas ton mobile, mais que ton attachement n’aille pas non plus à l’inaction. » (Bhagavad Gita, II.47)

Le bhakti yoga met l’accent sur la dévotion inconditionnelle envers le Divin et la répétition de Son nom (japa) pour dissoudre le sentiment de séparation et transcender le karma. En cultivant l’amour pur envers Dieu dans tous les êtres et toutes les circonstances, on s’abandonne à Sa grâce qui consume les impuretés du mental comme le feu brûle le bois. Les grands saints dévots comme Mirabai, Tukaram ou Ramakrishna ont ainsi atteint la libération par l’intensité de leur dévotion et de leur foi.

Le jnana yoga vise à réaliser directement notre identité véritable comme Soi immortel au-delà du corps et du mental transitoires, par la discrimination entre le réel et l’irréel, le Soi et le non-Soi. En s’établissant fermement dans la conscience du « Je suis Cela » par la méditation et l’auto-enquête, on transcende le karma et l’illusion de l’ego. Les Upanishads et les grands sages non-dualistes comme Shankara ou Ramana Maharshi ont magistralement exposé cette voie de la Connaissance suprême.

Le raja yoga, codifié par Patanjali dans les Yoga Sutras, propose une discipline psycho-spirituelle complète pour purifier le mental et éveiller la conscience supérieure, à travers la maîtrise du corps et du souffle, le retrait des sens, la concentration et la méditation. La pratique assidue du raja yoga dissout les samskaras (les impressions latentes) stockés dans le subconscient et qui maintiennent le cycle karmique, permettant ainsi l’union définitive avec le Soi divin.

Quelle que soit la voie choisie, le chemin de la libération du karma est un processus graduel qui demande de la patience, de la persévérance et une aspiration sincère. Il implique de cultiver les qualités de pureté, de vérité, de non-violence, de contrôle des sens, de contentement, de générosité, de pardon, ainsi qu’une compréhension de plus en plus claire de la nature de la réalité. À mesure que le mental s’apaise et que le cœur s’ouvre, on commence à percevoir l’unité de toute vie et à agir spontanément pour le bien de tous les êtres.

Comme l’explique Vivekananda : « Le Karma-Yoga est le comportement désintéressé. C’est l’action accomplie en s’abandonnant aux Suprêmes, travaillant sans aucun motif égoïste, ne donnant aucun motif à son action sauf l’amour de Dieu qui est en chacun. Il ne faut pas fuir le travail. En le fuyant, on ne peut que créer un nouveau Karma. Un homme qui renonce au monde peut encore éprouver de la colère, contre ses propres pensées. Mais lorsqu’il en prend conscience, cette colère disparaît de la surface de son esprit, bien que latente. Son mental s’élargit jusqu’à inclure tous les êtres et il embrasse l’univers entier d’un amour désintéressé. »

Ainsi, la loi du karma n’est pas une fatalité aveugle mais une opportunité de croissance et de libération. Chaque instant est une occasion de choisir entre l’esclavage et la liberté, entre l’égoïsme et l’amour, entre l’illusion et la vérité. En prenant conscience du karma, nous devenons les créateurs responsables de notre destin au lieu d’en être les victimes passives. Nous réalisons que nous avons le pouvoir de transformer notre vie et le monde en agissant avec sagesse, compassion et détachement.

En fin de compte, la libération ultime advient par la grâce lorsque le voile de l’ignorance tombe et que le Soi éternel se révèle comme notre véritable nature. Nous réalisons alors que nous n’avons jamais été enchaînés par le karma, que nous avons toujours été purs, libres et parfaits. Le jeu cosmique du karma apparaît alors comme une danse divine dont nous sommes à la fois les acteurs et le témoin immuable.

Comme le chante la Svetasvatara Upanishad :

« Au-delà de ce monde éphémère du changement
Se trouve la Réalité Unique, Éternelle et Immuable
Qui demeure à jamais Inchangée.
Réalisant que Cette Réalité et toi êtes Un
Tu traverseras la mort
Et atteindras l’Immortalité. »

Puissions-nous tous nous éveiller à notre nature immortelle et agir en ce monde en instruments conscients de l’Amour et de la Volonté divines. Puissions-nous cultiver les graines de la libération à chaque instant et récolter les fruits d’une vie vécue dans la Vérité, pour notre bien et celui de tous les êtres. Om Shanti ! Shanti ! Shanti !

A lire également